les saison de RM

L’HISTOIRE

Rosemarie, la petite fille de cette histoire, a toujours des difficultés à parler. Les mots se bousculent dans sa tête. Elle réfléchit beaucoup mais au moment de dire : rien…. Silence.
Elle s’égratigne au contact du réel et rêve les yeux ouverts. Son univers plein de fantaisie ludique et de poésie est traversé par trois figures d’adultes décalées : son facétieux professeur de danse, son obséquieux professeur de mathématiques et son sérieux papa.
Un jour, rêvant d’un autre avec qui elle pourrait tout partager, elle voit un garçon débarquer….
La rencontre avec cet alter ego va perturber sa solitude. Dès lors, ce compagnon imaginaire, à la dyslexie touchante, permettra à Rosemarie de formuler ses inquiétudes, de se découvrir et s’accepter. C’est la métamorphose douloureuse et joyeuse d’une enfant qui grandit au rythme des saisons.

 

À PROPOS DE ROSEMARIE

Pour ceux qui ont eu 10 ans, et ceux qui auront 10 ans

Les saisons de Rosemarie  parlent des tentatives et des efforts qu’il faut produire pour devenir un adulte.
Des choses simples en fait, comme  travailler, penser très fort à quelqu’un, savoir que les parents peuvent se détacher de leurs enfants, que les enfants se rendent compte que le monde est hostile….
Aujourd’hui, les enfants sont gardés, protégés, maintenus à distance, ils se laissent atrophier.
Au sein d’une société bridée par les hiérarchies et les comportements stéréotypés, les bras et les jambes frêles de Rosemarie, la colère qui se lit sur son visage, sont le reflet  de quelqu’un qui ne s’amuse pas facilement.
Elle est confrontée à une situation de crise, où les rapports sont bloqués.  Sa force d’adaptation et sa persévérance grandissante jaillissent, elle convoque sa faculté de jugement et une formidable capacité d’agir.
Rosemarie n’est pas portée  par un collectif, elle engage sa vie à travers sa propre conviction.
Les saisons de Rosemarie s’apparentent à un récit d’aventure, mais sans agitation d’armes, sans super-pouvoirs.  Il parle d’aventures, mais le sujet n’est pas la confrontation du bien et du mal, c’est l’histoire d’une petite fille qui  se jette dans un monde où la parole est une force, où le fait de parler constitue un acte  déterminant, une volonté, une énergie.
Les mots d’aujourd’hui ont une légèreté sans limite et le mot n’est vain, sans force, que parce qu’il est vidé de son sens, on peut dire n’importe quoi, il est reçu comme une bulle. À l’âge de Rosemarie chaque mot prend sa place dans un tout, une globalité concrète.

Rosemarie  n’est pas devenue l’héroïne parce qu’elle est une jolie petite fille dotée d’un coeur exceptionnel, elle va apprendre à se discipliner, apprendre l’amitié et le dévouement. Le talent de Rosemarie est de trouver la force, les ressources nécessaire pour grandir, survivre, et devenir un être humain.
Voilà pourquoi ce spectacle est destiné aux enfants qui auront 10 ans et ceux qui ont eu 10 ans.

Lucile Jourdan

 

ROSEMARIE ET MOI

«  Enfant, je ne parlais pas beaucoup. En classe, j’écoutais les leçons sans ouvrir la bouche. Les professeurs me reprochaient souvent mon manque de participation. C’est pour faire plaisir à ma mère que je décidais un jour de lever la main en cours d’anglais. Je savais la réponse, et je voulais absolument la donner. Le professeur a dû être irrité par mon insistance, et il me demanda si c’était parce que j’avais envie de faire pipi que je trépignais de la sorte. Je me sentis humilié et ne dis plus jamais un mot en cours.
J’étais ce qu’on appelle un enfant timide….
J’ai cessé d’être vraiment timide le jour où je me suis rendu compte qu’il m’arrivait aussi de dire des choses amusantes, qui pouvaient faire rire les copains. Commença alors une période étrange où je me mis à parler sans cesse, à raconter des blagues que j’inventais, à dire tout ce qui me passait par la tête. Des fois, je remporta